• Chapitre 2


    Chapitre 2 :

     La rencontre

     

     

            Les enfants se posaient des tas et des tas de questions, ils essayent de comprendre ce qui leurs étaient arrivés, et comment ils avaient atterris dans cette arbre. Lucie venait de proposer à ces amis de s'enfuir. Tous cherchaient un moyen de s'enfuir.

    -Et la porte est fermée à clé, s’énerva Laura.

    -Nous sommes bloqués, s’impatienta Lucie.

    En effet, les elfes, avaient pris soin de verrouiller la porte. Ils savaient que les enfants essaieraient  de s’échapper… Mais les cinq amis, eux, ne se laissaient pas décourager ainsi, ils cherchaient. Soudain, dans le fond de ce qui semblait être un couloir, ils purent entendre une grande agitation ; des bruits de pas résonnaient, des cris retentissaient :

    -Quelqu’un arrive, s’apeura Laura.

    -Cachons nous, proposa Marc.

    -Ca ne sert à rien, lui répondit Lucie.

    Les bruits de pas, eux, se rapprochaient de plus en plus, les domestiques devenues libres, avaient de plus en plus peur, quand tout d’un coup, tout près de la porte, une voix résonna, cela semblait être un ordre donné dans une autre langue… Une clé s’inséra alors dans la porte, faisant tourner le verrou, dans un grincement insupportable, la poignée se mit à se baisser très lentement. Quand enfin, au bout de longues minutes d’angoisse, la porte s’ouvrit, les enfants virent apparaitre un elfe, plus grand que les autres, portant une couronne, les enfants pensèrent immédiatement à la légende des elfes, ils avaient donc à faire au Grand roi des elfes :

    -Bonjour à vous prophète! Le peuple des elfes vous remercie d’être venu nous délivrer, heureux sommes-nous! Voici un plateau repas, ce n’est pas grand-chose, mais c’est assez pour vous faire reprendre des forces… Préparez-vous, tout à l’heure, vous passerez devant le conseil elfique…

    -Qui êtes-vous et que nous voulez-vous ? interrompit Max.

    -Petit insolent, comment oses-tu couper la parole à sa majesté le roi, hurla un des gardes qui était resté près de la porte, pour éviter une tentative d’évasion.

    -Retirez-vous gardes! Je veux être seul avec ces braves petits prophètes, ordonna-t-il.

    -Bien majesté, répondirent les gardes.

    -Chers prophètes, je m’appelle Alphontus, je pense que vous l’aurez compris, je suis le roi des elfes. Vous êtes nos prophètes. En vous couchant dans l’endroit le plus clair de la forêt, vous avez acceptés d’être formés par des elfes, dans le but de nous libérer, expliqua le roi.

    -N’importe quoi, cet homme est fou, murmura Max.

    -Laisse-le parler! Reprit sèchement Lucie.

    -Vous libérez de qui ? Questionna Laura.

    -Des forces du mal, les géants (qui n’étaient en fait que des hommes entrainer par le Roi Philipe déchu de la couronne en 1789), de lutins qui revendiquent nos territoires et de bien d’autres… Ma province, celle de L’Arbre Sacré, est la seule contrée encore libre du royaume.

    -Et que pouvons-nous faire pour vous aider ? interrogea Marc.

     -Tout, seul des humains formés par des elfes peuvent prétendre combattre les forces di mal…. Vous êtes notre seul espoir…

    -Et combien de temps dure cette formation ? Questionna Laura.

    -La formation dure trois ans, elle constitue en la formation à l’utilisation des armes, la découverte des pouvoirs magiques et des méthodes de survie…

    -Il faut que nous en discutions, conclut Laura.

    -Oui, dit Lucie.

    -Bien les enfants, à tout à l’heure et bon appétit, je ne ferme pas la porte à clé, de cette façon, vous pourrez aller visiter le dernier étage du palais, c’est dans celui-ci que se déroulera votre formation…

    -Au revoir, et merci, répondirent les enfants en chœur.

     

     ***

     

                     La discussion avec le roi avait fatiguée et affamée les enfants, ils se jetèrent sur le panier repas. Celui-ci était constitué de fruits à profusions, de gâteux et de baies… Une fois le repas terminé, les « prophètes » décidèrent d’aller visiter le palais, et en particulier le dernier étage qui était réservés aux enfants prophètes. Max franchit le seuil ; de la porte en premier, suivi des autres… L’avant dernier étage,  celui où les enfants ont passé la nuit était en fait l’étage royal, mais aussi l’étage réservé aux invités  de marques… Le palais ressemblés étrangement à un nid d’abeille, il était entièrement recouvert d’or et d’argent, ce peuple devaient être riche pensèrent les enfants. Au fond du couloir,  il y avait un amoncellement  de salle. En ouvrant la première salle à gauche, les enfants tombèrent sur ce qui semblait être une salle de magie. Malheureusement, la visite du dernier étage dut s’arrêter très vite, car Marc rappela qu’il était temps de retourner dans leurs chambres. Ce que les enfants ne savaient pas est que les elfes sont un peuple toujours en retard, contrairement à eux, habitués à arriver en avance pour ne pas subir le fouet…

     

                                                           ***

     

                    Les enfants patientaient sagement sur leurs lits. Mais une fois n’est pas coutume, le roi arriva pile à l’heure… Il demanda aux enfants de le suivre. Ceux-ci passèrent par un tas de pièce aussi somptueuse les unes que les autres. Certainement des suites royales. Au bout d’un long moment, ils arrivèrent devant une salle, qui était la salle d’audience des elfes, le roi conduisit les enfants vers un long banc doré. Quant à lui, il se dirigea vers un immense trône. Autour des enfants, il y avait une foule immense de conseiller, de soldats et de gens du peuple…le roi prit la parole en premier :

    -Chers amis, devant-nous, vous pouvez voir nos prophètes, ceux qui sont venus pour nous libérer, selon les coutumes de notre beau pays, un des ministres, va poser les questions d’usage, il s’agira de Todd, clama-t-il.

    -Bien, me voici, répondit une voix dans l’assemblée.

    -Commencez vos questions, demanda le roi.

    -D’accord, répliqua le ministre, chers prophètes, souhaitez-vous rester parmi nous ?

    -Oui, répondit Lucie.

    -Souhaitez-vous aider le peuple des elfes à combattre les forces du mal ?

    -Oui, s’exclama Laura.

    -Souhaitez-vous devenir des chevaliers de l’ordre des elfes ?

    -Carrément, cria Max.

    -Souhaitez-vous connaître de nouveaux pouvoirs ?

    -Bien sur que oui, déclara Sauvage.

    -Souhaitez-vous être formés par des elfes ?

    -Humm, répondit Marc, difficile la question.

    -C’est oui ou c’est non, repris le ministre.

    -C’est oui évidemment, lança Marc.

    -Hourra! Cria tout le peuple.

    -Au nom de tout notre peuple, je vous déclare citoyen elfes et apprentis elfes, déclara le roi.

    -Merci! Crièrent les enfants.

    -Je vais maintenant vous assignez vos professeurs : Marc tu auras Forx, Max tu hérites de Ghor, Thoron enseignera à Laura, Lucie tu auras Miniums et toi Sauvage tu seras l’élève de Cordiors. Vous pouvez regagner votre suite, vos professeurs viendront vous chercher plus tard.

    -D’accord, repris Laura.

     Les enfants sortirent donc de la salle d’audience sous les applaudissements et les cris de joies des elfes…

     

                                                                              ***

     

     

     

     

    Quand ils ouvrirent la porte de leurs chambres, sur le lit, ils trouvèrent des costumes tout neufs, composés d’une chemise et d’un jeans, pour les garçons et d’un chemisier et une jupe pour les filles. Sur la table, au milieu de la pièce, ils trouvèrent des assiettes et des plats, c’était du gigot de mouton, des frites et du coca, jamais ils n’avaient eu un repas si délicieux, et surtout préparés avec amour… Ils mangeaient tellement, qu’il ne restait même aucune miette… Le repas les avait fatiguait mais ils préféraient attendre leurs maîtres respectifs, ce soir, pour la première fois, ils allaient être séparés. Soudain, quelqu’un toqua à la porte, Laura alla ouvrir :

    -Bonjour! Dit-elle.

    -Bonjour, je suis Miniums, je viens chercher Lucie, dit l’elfe qui se trouvait derrière la porte.

    -Je suis là, indiqua Lucie.

    -Très bien, enchanté Lucie, remballe tes affaires, nous allons y aller…, répondit Miniums.

    -C’est comme si c’était fait, répondit Lucie.

    Sur ce, Lucien remballa toutes ses affaires, les autres sachant que leurs tours viendraient se mirent aussi à remballer leurs affaires. Puis Lucie, rejoignit son maître et tout deux s’en allèrent.

     

                                                            ***

     

                Miniums fit passer Lucie par un long dédale de couloirs, Lucie reconnaissait très bien ce chemin, ce matin, elle l’a emprunté avec ses amis. Le maître passa cependant par l’escalier en pierre massive.

    -Ta chambre est la derrière au fond du couloir Lucie, c’est la plus grande de toutes les chambres, la mienne est juste en face de la tienne, lui expliqua Miniums.

    -Et savez-vous où sont les chambres de mes amis ?

    -Oui, la chambre juste à côté de la tienne est celle de Laura, et à côté i y a Sauvage, les garçons eux sont dans un autre étage, lui répondit l’elfe.

     Enfin Lucie arriva devant sa chambre, Miniums  lui ouvrit la porte. La chambre était joliment décorée, mais elle était un peu petite.

    -C’est une très belle chambre, dit Lucie.

    -C’est moi qui l’aie décorée, j’espère qu’elle te plaît, je vais aller dans ma chambre, si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas. Demain, nous irons dans la forêt tu apprendras à te camoufler. Bonne nuit Lucie, rétorqua Miniums.

    Lucie se posa sur son lit, elle examina sa chambre, il y avait des livres partout… Elle prit un livre intitulé « les forces du mal ». Mais à peine eu-t-elle commencé à le lire qu’elle s’endormit…

     

     ***

                 Dans la suite royale, Laura, Sauvage, Marc et Max attendait impatiemment leurs maîtres, cela faisait déjà dix minutes que le maître de Lucie, était venu l’à chercher. Tous étaient nerveux à l’idée de rencontrer leurs enseignants… Quelqu’un toqua, et n’attendit même pas la réponse pour ouvrir, derrière la porte, il y avait deux hommes :

    -Bonjour, nous sommes Cordiors et Thoron et nous venons chercher Laura et Sauvage, qu’elles rassemblent leurs affaires.

    -Nous sommes là, répondirent les deux jeunes filles, et nos affaires sont déjà rassemblées, nous sommes prêtes.

    -Dans ce cas, suivez-nous, demanda l’homme qui était à droite de la porte.

    Les filles embrassèrent (sur la joue) en leurs souhaitant bonne nuit. Puis elles suivirent leurs enseignants.

     

    ***

             Elles passèrent par le même chemin que Lucie, mais elles arrivèrent plus vite que celle-ci. Cordiors fit signe à Sauvage d’entrer dans la troisième chambre. Et  Thoron indiqua la seconde chambre à Laura.

    -Bonne nuit les filles dit Cordiors, demain Sauvage, nous aurons un cours de magie.

    -Chouette, s’exclama la fillette.

    -Quand à toi Laura, tu iras chez Ratibuma, il t’enseignera l’histoire et la géographie de notre monde. Bonne nuit et reposez vous bien, déclara Thoron.

    Les deux filles pénétrèrent en même temps dans leurs chambres respectives, les deux chambres étaient identiques en tout point à celle de Lucie, les deux filles  tombèrent très rapidement dans les bras de Morphée, qu’elle dure journée  pensa Laura, elle ne s’était pas lavée aujourd’hui…

     

     ***

                          A peine les deux filles parties, dans la suite royale, quelqu’un se présenta à la porte, celle-ci étant resté ouverte, il n’eut pas besoin de toquer.

    -Bonjour, je suis Ghor, et je viens vous chercher, Forx est malade, il n’a pas pu venir.

    -Pas de problème, nous arrivons, dit Marc.

    -Bien, veuillez me suivre, vous n’êtes pas au même étage que les filles, elles sont au dernier, quant à vous, vos chambres sont au deuxième étage. Mais contrairement à elle, vous êtes dans la même chambre, il s’agit de la quatrième à droite au fond de ce couloir. Je dois vous laisser ici, car je dois aller à l’herboristerie chercher un médicament pour Forx.

    -Bonne nuit déclara Ghor, qui était déjà à l’autre bout du couloir.

    Les deux garçons heureux d’être dans la même chambre, se précipitait pour choisir en premier leurs lits. Finalement, au bout d’une course enragée, ce fut Marc qui le premier pénétra dans la chambre. Celle-ci était composée d’un salon-bibliothèque, et de chaque côté,  il y avait des chambres identiques en tout point…

    Comme les filles, après avoir choisi leurs pièces de repos, ils tombèrent dans un sommeil très profond.

     

                                                         ***

     Tous dormaient, prêt à affronter leurs nouvelles vies d’aventures qui s’offrait à eux…

     

     

     

     

     

     


     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :