• Biographie-Introduction-Avant.propos-1er chapitre

    La quête de la liberté,  un livre de Brice

     

     

                                                              Brice

     Brice est né en 2000 dans un petit village tranquille du nord-est de la France. Très vite, il montra une grande passion pour la lecture et l’écriture et les animaux… Aujourd’hui, il a très envie de partager à ses lecteurs ses nombreux rêves magiques et mystérieux… Dans son premier livre : la quête de la liberté, il exprime d’une part, l’envie de liberté de jeune, de tout un peuple mais aussi son envie de liberté, son histoire commence à prendre forme à son entrée en 3ème, par une  journée (de cours ennuyant…), il rédigea les deux premier chapitres de son livre… Il espère que grâce à ce livre, les adultes pourront l’espace d’un instant redevenir des enfants ("Toute sa vie l’on doit être un enfant" Henri Matisse).


     Avant-propos

                                               "La vérité vous rendra libre"

                                           Jésus Christ, évangile selon St Jean.

     

    Chaque personne, chaque chose, a des faces cachées, même un méchant est capable d’être généreux et bon, trouvez la vérité sur ses bourreaux, permet de libérer certaines choses, par exemple, si vous êtes harcelés par un ami au boulot, à l’école… ("On ne naît pas méchant on le devient, souvent par obligation"). Votre harceleur, a lui aussi des souffrances, si vous les trouvez vous le libèrerai et vous aussi par la même occasion. Toutes les personnes ont une part de gentillesse et de méchanceté… J’écris pour la liberté, pour toutes les libertés, pour les hommes (Nelson Mandela, Charb, Cabu, et tous les autres). Pour un peuple, (le peuple juif, musulman, et chrétien), car la liberté est un idéal qu’il est difficile d’atteindre. Et tous ceux qui sont mort pour la liberté


     

    A vous qui vous êtes sacrifiés pour la liberté, à tous ceux qui sont en quête de liberté et à tous ceux qui rêvent du bonheur sans pouvoir le déguster… c’est pour vous que j’écris ce livre, j’espère qu’il pourra vous donner la liberté, votre liberté…


    Introduction :

                                                             La liberté

     La liberté, est par définition, le fait d’avoir la possibilité de mouvement, d’actions et de paroles… La liberté s’oppose à l’idée de séquestration, d’enfermement… Un Homme libre est une personne qui n’appartient pas à autrui, qui n’a pas le statut d’esclave. La liberté a souvent était réduite et abrogée au maximum, l’esclavage en est une preuve réelle. Malheureusement, aujourd’hui encore, l’esclavage existe, certes sous des formes différentes : dans certains pays, des enfants et des femmes travaillent plus de seize heures par jour, dans des conditions de travail horrible. Ces femmes, ces enfants, ces Hommes sont des esclaves de la société de consommation, « nos esclaves », ce sont eux qui fabriquent nos vêtements, nos téléphones pour un salaire ridicule… Et les domestiques qui sont-ils ? Ce sont tout simplement les esclaves des bourgeois… condamnés à obéir aux exigences « d’un propriétaire ».  Et pourtant, depuis 1789, il existe la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen : considérant les hommes libres et égaux en droits dès leurs naissances. Mais est-ce vraiment le cas dans tous les pays ? La liberté existe-t-elle encore ? C’est à vous d’en juger… Dans l’histoire que vous allez lire ci-après, c’est une véritable quête de la liberté, une quête pour la liberté, des domestiques enfants maltraités… vont cheminer aux côtés d’êtres magiques pour une seule et même chose : la liberté. Les enfants étaient esclaves d’une vieille bourgeoise, et les créatures magiques sont esclaves des forces du mal… Tous, vont combattre les forces du mal représentant l’oppression et le manque de liberté.  L’histoire permettra aux grands de se rappeler comment leurs grands parents se sont battu pour la liberté et aux petits elle montrera que chacun doit-être prêt à se lever et à défendre sa liberté…

      Entre rêve, magie et quête… Plongez dans un univers passionnant, mon univers et le vôtre…

     Bienvenue dans un autre monde…

    Brice Di Dio

     

    Chapitre 1:

    La fuite

     

      Il faisait froid, très froid dehors, il neigeait même de gros flocons. Toutes les personnes du village dormaient, sauf une. Il n’y avait personne dehors, enfin presque. Les bois étaient calmes mais au loin, on entendait des branches craquées. Dehors, dans le froid et la neige, il y avait une petite fille d’à peine treize ans, nommée Lucie, elle était domestique chez les Maxfords… Chaque soir, se maîtresse l’envoyer chercher seau d’eau à la source de Clairbeau, celle-ci se trouvait à deux kilomètres de la propriété des Maxfords… Il fallait pour s’y rendre passer par champs et bois, dans le froid et cernés par les loups. La petite était connue pour son courage, mais elle rêvait de liberté, et surtout de vêtements, de nouveaux vêtements, qu’elle serait fière de porter, car elle avait les même depuis cinq ans ; un tee-shirt sale, un jeans troué et des chaussures trop petites pour elle. Souvent, le soir, en allant à la source, elle avait froid, elle aurait voulu pourvoir faire demi-tour, mais elle ne voulait pas, du moins elle ne pouvait pas, si elle rentrait le seau vide, elle devait subir  punition du fouet et de la privation de nourriture…. Ce soir-là, elle était calme, elle connaissait par cœur le chemin, elle ne le montrait à personne, mais elle avait très peur… Plusieurs fois, elle était tombée nez-à nez avec des loups monstrueux et effrayant. Depuis un certain temps, elle, Sauvage et Max avait prévu de s’enfuir, mais pour ce faire, elle devait déjà rentrer. Il était déjà minuit. Elle cheminait lentement, suffocante et fatiguée. Elle subirait certainement le fouet…

                                                                              ***

             Enfin, au bout de deux longues heures, elle arrivait dans le domaine des Maxfords… Sur le seuil de la porte, l’attendait Isabelle Maxfords, elle avait, tout comme avait pensé Lucie le fouet en main. La vieille Maxfords était grande, en mauvaise santé et enlaidi par l’âge. A peine la petite Lucie fut-elle entrée dans le domaine que la vieille hurla :

    -Dix minutes de retard Lucie, tu sais ce qui va t’arriver ?

    - Oui, répliqua tristement la petite fille.

    -Quand je te le dirais, tu iras chercher Sauvage et Max, c’est eux qui t’infligeront la punition, car mes forces ont faibli, et je ne te ferai pas assez mal… »

    En réalité, madame Maxfords n’aimait pas taper elle-même. Dans sa cruauté, elle allait encore plus loin… c’était les domestiques qui se fouettaient entre eux… De ce fait la petite Lucie allait chercher ses deux compagnons d’infortune.

     

                                                                        ***

     

                  Lucie courait vite, elle se précipita en entra en courant dans le dortoir des domestiques : une pièce grande et lugubre, la pièce comptait au moins trente lits, personne ne s’amuser à les compter… Le dortoir n’était chauffé qu’au plus profond de l’hiver, quand les températures descendaient en-dessous de moins dix degrés, ou quand la plupart des domestiques tombaient malade ou pire encore, mourraient de glacés… Quant à Lucie, elle traversait la pièce le plus vite possible, la Maxfords lui avait donné dix minutes seulement pour réveiller ses camarades, et elle ne voulait surtout pas dépasser le délai… Elle arrive enfin devant le lit de Sauvage et de Max, qui est aussi le sien…

     -Réveillez-vous, vite, je vous en supplie, cria-t-elle.

     -Hein ? Quoi ? Que se passe-t-il ? Questionna Max.

     -Oh non ! Ce n’est pas possible çà ! Et comment va-t-on faire pour s’échapper maintenant, demanda Sauvage qui venait d’être tiré d’un si beau rêve.

     -On n’a qu’un partir juste après, proposa Max.

     -Chut ! supplia Lucie, tu vas finir par réveiller tout le dortoir.

    -Alors là, je ne suis pas d’accord avec toi Max, déclara Sauvage. Pourquoi attendre qu’elle se fasse fouetter, écoutez, j’ai un plan…

    -On t’écoute, dit Lucie.

    -Au moment de te faire fouetter, tu nous feras un signe, peu importe lequel, à ce moment là, la Maxfords demandera à Max de te fouetter, il lèvera le fouet et fouettera la vieille, en déclarant quelque chose... et là, on s'enfuie..., expliqua Sauvage.

     -Je viens avec vous, dit Marc, un autre domestique, qui venait de se faire réveiller par le conciliabule.

     - Pas question, s’énerva Max.

     -Très bien, je raconterai tout à la Maxfords, déclara Marc.

     -Oui, bonne idée, toi tu passes par derrière avec Laura, d’ailleurs réveille-là, s’exclama Sauvage.

     -Pas besoin de me réveiller, c’est déjà fait, expliqua Laura.

     -Vite il faut y aller, s’impatienta Lucie, avant que la Maxfords ne se doute de quelque chose.

     -Oui, allons-y, dit Max…

     -Bonne chance, murmura Laura.

     -Oui, on va en avoir besoin, chuchota Marc.

     -En route, lança Max.

     A ces mots, Laura et Marc, s’enfuirent par l’arrière de la propriété.

     

                                                                                                            

                                                                                                                 ***

     

                  

    Les trois amis retournèrent alors dans la cour, là, la vieille Maxfords les attendait impatiemment. Elle ouvrit la bouche et prononça son « jugement ».

     -Moi, Madame Maxfords, j’accuse Lucie de tentative de fuite… elle a eu dix minutes de retard, mais rapidement, elle a regretté et a fait marche arrière. En ces termes, je la condamne selon les lois que je viens d’inventer, à quarante coups de fouets et à deux jours de privation de nourriture ainsi qu’un enfermement dans les caves, elle recevra les coups immédiatement.

     -Menteuse, déclara la pauvre petite domestique, j’ai juste fait une pause et j’ai bu une gorgée de l’eau que je portais, c’est tout je vous le jure.

     -Tu oses m’insulter petits garnements ! J’ajoute donc à ton jugement le vol et la trahison. Ça te fera un total de cent vingt coups de fouets, s’énerva la Maxfords.

     -Non !!! hurla la petite fille, pas çà, pitié !

     -Agenouille-toi, torse nu, ordonna la vieille femme, avec une voix rugueuse.

     La Maxfords aimait les punitions qui mettaient dans la honte et l’embarras les domestiques… La pauvre petite fillette s’agenouillait donc, elle regardait Sauvage et Max, et leur fit le fameux petit signe, ils le virent… Max leva le fouet et hurla :

     -Mort à la Maxfords.

     Après avoir prononcé ces mots, il fouetta de toutes ses forces Isabelle. Tous trois se relevèrent  alors et appliquèrent le plan : ils se sauvèrent, ils courraient très vite de peur de se faire rattraper par les autres domestiques « les toutous de la Maxfords ». Ceux qui espéraient être libre sans rien faire…  Les trois compagnons, désormais libre, courrait de plus en plus vite. Au bout de dix minutes, ils s’arrêtèrent puis se retournèrent et virent que la propriété était désormais loin. Soudain, au loin, Lucie aperçu Marc et Laura, ils courraient vite… Une fois qu’ils furent arrivés près des autres, Max prit la parole :

     -Nous voici… libre… enfin… mais nous sommes seul… dans la nature… livrés à nous même… il nous faut nous enfoncer dans la forêt et nous trouver un coin où s’installer pour la nuit… Qu’en pensez-vous ?

     -C’est une bonne idée, dit Lucie.

     -Je n’en pense pas moins, dit Laura.

     Sauvage hocha la tête, en guise d’approbation.  

     

                                                                             ***

     

                   Cela faisait déjà deux heures, que les cinq domestiques devenues libres marchaient en direction de la forêt. Ils cherchaient un endroit calme et tranquille pour passer la nuit. L’entrée de cette grande forêt n’était plus très loin… Max entra la premier dans la forêt, celle-ci était sombre et profonde … Max prit alors la parole :

     -Enfin, ici, nous sommes enfin en sécurité, enfin je crois, il nous faut encore marcher un petit peu, jusqu’à trouver un point d’eau et des baies, ainsi qu’un endroit pas trop sombre.

     -Je suis d’accord, je ne supporte pas le noir, rétorqua Laura.

     -Moi aussi, reprit Lucie.

     Ils recommencèrent donc à marcher, toujours plus lentement car toujours plus fatigués…  Après avoir parcouru plusieurs quelques kilomètres, ils tombèrent sur « un paradis sur terre » autour d’eux, il y avait des chutes d’eau ; de quoi se lavait pensa Laura. Des baies à volontés, du bois, et surtout cet endroit devait être l’endroit le plus clair de toute la forêt. Tous se mirent à la tâche, Max essaya d’allumer un feu, Laura alla chercher de l’eau à la source, et en profita pour se laver, Lucie ramassa des baies, Marc du bois et Sauvage dormait déjà. Tous savouraient leurs nouvelles libertés…


                                                                 ***

     

     

    Quelques parts, au fond de la forêt, au creux d’un grand arbre, une réunion extraordinaire se tenait… Du dehors, des murmures se faisaient entendre… C’était une réunion magique, d’êtres aussi étonnants que magiques… Une réunion d’elfes… Cette assemblée était présidée par le roi Alphontus, au bout d’un  long moment de silence, il prit enfin la parole :

     -Chers amis, chers frères, peuple de la Province de L’Arbre Sacré, je suis heureux de vous annoncer, que ce que notre peuple des elfes attend depuis si longtemps vient enfin de se réaliser : souvenez-vous, que disez la prophétie des elfes : « le jour où des humains, viendraient à séjourner dans l’endroit le plus clair de la forêt, et que parmis-eux, il y aurait trois filles et deux garçons, alors chers elfes, je vous le garanti, formez-les, prenez-les en amis, car ceux-ci sont vos alliés, vos délivreurs, nos prophètes… Ceux qui délivreront notre peuple des forces obscures, des forces du mal…  La guerre sera rude et longue, mais grâce à eux vous gagnerez, mais jamais, au grand jamais il ne vous faudra surestimer vos forces et vos capacités… ». Nous devons donc aller les cueillir dans leurs sommeils et les conduire dans notre monde pour les former… Allons-y les amis! le jour de la grande victoire approche…

     -Hourra! Crièrent tout les elfes.

     

                                                                        ***

     

              Les enfants dormaient à poings fermés, ne se doutant pas encore de ce qui allaient leurs arriver… Ils  dormaient paisiblement. Depuis longtemps, ils ne se reposaient plus, ils ne dormaient plus, de peur d’être réveillés par le fouet. Là, tous dormait, tranquillement, libre de fatigue… Soudainement, les elfes apparurent, les enfants ne remarquaient même pas qu’ils étaient actuellement transportés par des elfes…

     

     

     

          ***

     

               

     

                Le lendemain matin, après une longue nuit de sommeil, les enfants s’éveillaient surpris de se trouver chacun dans un lit, au chaud, dans une vraie chambre, peinte en bleu, elle était majestueuse, immense, presque royale. Des habits neufs ont été disposé sur chaque table de nuit fit remarquer Laura :

     -Regardez ma tenue : costar, jeans et chaussures, dit Marc.

     -La classe! Répliqua Lucie.

     -Carrément, repris Laura, tout en lui lançant un sourire.

     -Pfft, poussa Max, jaloux.

     -Mais où sommes-nous ? S’interrogea Sauvage.

     -En haut d’un arbre, s’étonna Marc.

     -Mais tu te fous de nous, s’enquiert de répondre Max.

     -Non, viens voir par toi-même, rétorqua Laura.

     -Oui, j’arrive…. Purée vous avez raison! Dit Max

     -Il faut partir et vite, ordonna Lucie.

     

     Suite: voir chapitre 2... Merci

     

     

     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Février 2015 à 16:33

    'hésitez pas à commenter

     

    2
    Dimanche 8 Février 2015 à 18:01

    N'oubliez pas de vous inscrire à la newlesster pour être informer dès que je publierai

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :